DERNIÈRES PLACES

Pourquoi on vous raconte des histoires ?

guide de survie aux réunions

Recevez un extrait de notre guide de survie aux réunions pour transformer vos réunions en moments funs et productifs !

Aujourd’hui, nous allons vous raconter une histoire !  L’histoire du storytelling !

Mais commençons par le début, qu’est-ce le storytelling ?

et bien c’est tout simplement l’art de raconter une histoire afin de passer un message en faisant appel aux émotions.

Aujourd’hui, le storytelling est partout :

  • en marketing pour vendre votre marque, votre produit, votre service ou votre entreprise
  • en politique
  • et…en entreprise

Pourquoi ? parce que raconter des histoires est d’une puissance redoutable. Souvenez-vous, vous qui avez acheté le dernier iPhone 7, avez-vous eu l’impression d’acheter uniquement un téléphone, pas sûr. Plus que l’achat d’un produit, vous avez sorti votre carte bleue pour acheter une expérience, un petit bout d’Apple, et finalement l’histoire (bonne ou pas) que la marque vous raconte depuis le début avec ce téléphone ! Et si vous n’êtes pas encore convaincu, regarder bien toutes les pubs d’Apple

Si ça ce n’est pas du storytelling !

Pour enfoncer le clou, laissez-moi vous raconter l’expérience de l’université de Standford qui a mené une petite expérience pour une ONBL.

Expérience simple : 2 audiences exposées à 2 messages différents :

  • L’une énumérant les stats alarmantes sur les conditions de l’enfance dans un pays d’afrique
  • L’autre racontant l’histoire d’une fillette de 7 ans atteinte d’une maladie vivant dans le même pays

Le 2nd groupe à donné 2 fois plus à la cause.

D’après certaines études, les histoires sont 22x plus mémorisables et convaincantes que les faits.

L’objectif lorsque l’on raconte des histoires est de faire travailler l’imaginaire et activer la pensée visuelle de son public. L’effet recherché est une matérialisation du discours sous forme d’images. Et les chiffres suivants vous aident à comprendre pourquoi c’est important :

  • 40 % des fibres de notre cerveau sont reliées à notre appareil visuel
  • notre cerveau perçoit une forme ou une couleur  60.000 fois plus vite que la signification d’un mot
  • un support visuel augmente notre taux de mémorisation de 400 %
  • 65 % des étudiants mémorisent principalement de façon visuelle
  • 90 % de l’information traitée par notre cerveau est de nature visuelle
  • notre cerveau peut traiter plusieurs images simultanément, pas les mots qui sont traités de façon exclusivement séquentielle
  • une présentation avec une histoire illustrée visuellement augmente le taux d’adhésion du public de 80 %

L’enjeu d’une présentation réussie est de faire en sorte que le message soit mémorable et mémorisé et ainsi faire face à la déperdition de l’information :

  • 100% : ce que j’ai voulu dire
  • 70% : ce que j’ai dit
  • 50% : ce qui a été entendu
  • 40% : ce qui a été compris
  • 30% : ce qui a été retenu
  • 20 % : ce qui a été réutilisé

OK

  • Mais concrètement comment raconte t’on une histoire ?
  • Comment faire pour passer des émotions simplement en utilisant des mots, des phrases qui formeront à la fin une histoire…votre histoire

C’est justement là où cela devient plus compliqué, car tout cela n’est pas vraiment concret et pragmatique. Être entrepreneur, et raconter l’aventure de sa boîte peut s’envisager plus facilement, mais qu’en est-il lorsque l’on demande à un manager d’en faire de même au près de ses collaborateurs ? là, pour lui le storytelling, c’est beaucoup plus abstrait.

En théorie, le storytelling suit plusieurs schémas bien connus des scénaristes, on peut en citer 2 :

  • le schéma narratif : la structure de l’histoire
  • le schéma actanciel : la relation entre les personnages de l’histoire

Le schéma narratif

Le schéma narratif est la base d’une histoire, et il y a 5 étapes :

Schéma narratif

la même chose mais découpé en 3 actes :

Schéma narratif en acte

Le schéma actanciel 

le schéma actanciel permet de situer les relations entre les personnages de votre histoire :

schéma actanciel

L’exemple d’Apple :

schema actanciel d'Apple

Bon ok voilà la théorie, mais en pratique pour vous qui êtes en entreprise et qui souhaitez mettre du storytelling dans vos présentations pour créer de l’impact, comment utiliser cet arme redoutable ?

Faites simple !

Ne vous prenez pas la tête avec le schéma narratif, actanciel, bidule ou machin…

Souvenez-vous, nous avons découpé notre histoire en 3 actes : le début, le milieu, et la fin. C’est dans chacun de ces actes que vous allez pouvoir y injecter quelques éléments de storytelling.

ACTE 1 : Démarrer avec PUNCH (tiré du livre présentation zen de Garr Reynolds)

P pour personnel

Pour démarrer votre présentation, n’hésitez pas à y injecter des anecdotes personnelles. Parlez de vous, mettez vous en scène pour générer de l’empathie et donc des émotions.  Rebondissez sur une péripétie qui vous ai personnellement arrivé dans l’entreprise par exemple avec l’un de vos collègues, avec un chef, avec l’un de vos collaborateurs.

Si vous êtes à court d’anecdotes sachez que vous pouvez facilement en trouver dans ce livre : storytelling minute qui met à votre disposition 170 histoires prêtes à être emprunter !

U pour unexpected (inattendu)

Jouez l’effet de surprise : avec une intox (statistique erronée), une image décalée, ou bien encore amenez un objet insolite qui illustrera votre propos.

A titre d’exemple, un dirigeant d’un grand groupe français distributeur de courrier (je n’ai pas dit le nom) a commencé une de ces interventions par 7 minutes de silence. 7 minutes d’un long silence, interminable, gênant, créant vous l’imaginez, un malaise palpable au sein de l’auditoire.

Puis ce dirigeant a pris la parole :

« nous venons de vivre ensemble 7 minutes de silence, 7 minutes vous l’avez vu c’est long, et bien sachez que c’est le temps moyen d’attente des clients à nos guichets, qu’en pensez-vous ? » #effetdesurprise

N pour nouveau

Obtenez l’attention en projetant une image percutante dès le début de votre intervention . et pour trouver des images de qualités, 2 sites incontournables :

C pour Challenging

Stimulez le public avec une question provoquante !

Exemple : Saviez-vous qu’un cadre passe en moyenne 16 ans de sa vie en réunion, pire dans la fonction publique c’est 18 ans !

H pour Humour

Quoi de mieux que l’humour pour captiver votre public dès le début de votre intervention. À manier avec précaution car la frontière entre la blague et le bide est assez ténue…et j’en sais quelque chose !

ACTE 2 : le milieu, un moment STAR (tiré du livre vibrations de Nancy Duarté)

STAR pour se Souviendront Toujours Avec Ravissement

Les conseils de Nancy :

  • Soignez votre mise en scène ==> regardez cette keynote mémorable de Steve Jobs qui présente le Macbook Air et admirez la mise en scène. Comment présenter le problème, la solution, les bénéfices en même temps !

  • Agrémentez votre présentation d’échantillon vidéo voire audio
  • Misez sur des images évocatrices et percutantes (plus haut, je vous donne des références web pour des banques d’images gratuites et libres de droits)
  • Investissez vous personnellement dans ce que vous racontez : anecdotes, histoires personnelles, ressenti
  • N’hésitez pas à interpeller et à mettre des statistiques choquantes !

ACTE 3 : une fin mémorable

  • Si vous êtes dans le cadre d’un pitch, soignez votre appel à l’action, utilisez un vocabulaire actionnel et ne tournez pas autour du pot !
  • Vous avez un slogan, remettez le à la fin, cela marquera les esprits de votre auditoire
  • terminer par une citation inspirante, ça fera son petit effet !

Et celui-ci, vous l'avez lu ?

Disposition salle

Ce que dit de vous la disposition de la salle !

Recevez un extrait de notre guide de survie aux réunions pour transformer vos réunions en moments …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *