Kersley Chumroo : c’est quoi le marketing participatif ?

guide de survie aux réunions

Recevez un extrait de notre guide de survie aux réunions pour transformer vos réunions en moments funs et productifs !

Up To Youth

 

Kersley c’est une des belles rencontres du blog. Il nous a contacté voici quelques mois pour faire travailler une communauté en ligne. Car Kersley, c’est le fondateur de Up To Youth, une plateforme de marketing participatif qui fédère une communauté de plusieurs milliers de marketeurs qui se mobilisent pour relever des challenges.

LIFE IS A SERIOUS GAME : Mais au fait Kersley c’est quoi le marketing participatif ?

Kersley : le web et particulièrement le 2.0 c’est une occasion unique de mettre en relation des personnes autour de passions, de centres d’intérêts. C’est l’opportunité de rentrer dans l’ère du participatif : les réseaux sociaux, wikipedia… Depuis quelques années les marques ont commencé à occuper ce nouvel espace même si cette tendance existe depuis des années (souvenez vous de ciao.fr pour donner des avis sur les marques).

Maintenant les marques considèrent beaucoup plus les avis des consommateurs. Elles se doivent d’écouter ces avis surtout les entreprises qui sont dans la conquête d’une cible B2C. L’information n’est plus seulement descendante : de la marque vers les consommateurs mais plutôt : du consommateur vers la marque à travers les avis sur les produits.

Nous sommes tous des enfants de la pub. En tant que consommateur, nous avons tellement été exposés aux mécaniques publicitaires émises par les marques que nous sommes aujourd’hui en mesure d’en faire l’analyse, la critique, et suggérer des améliorations. Le marketing participatif, ce sont donc des consommateurs qui co-construisent avec la marque un projet, un produit ou le marketing. Le marketing participatif, c’est une opportunité pour les marques et les entreprises d’identifier les consommateurs les plus impliqués et de solliciter leur imagination pour proposer des solutions innovantes, proche de leur ADN et non formatées. C’est une formidable occasion de positionner les consommateurs dans une démarche constructive et de sortir du consommateur râleur, jamais content.

LIFE IS A SERIOUS GAME : et comment ça marche ? Pour les consommateurs, pour les marques ?

Kersley : Pour les marques, il existe plusieurs façons d’aborder le marketing participatif.

Utiliser son impact médiatique (réseaux sociaux, site internet, relations presses…) pour lancer un appel à projet auprès de ses fans et consommateurs ou alors faire appel à des plateformes spécialisées dans le marketing participatif. Il en existe plusieurs dédiées à des domaines ou des communautés spécifiques :

  • CREADS : une plateforme axée sur la création visuelle
  • eYeka : centrée sur la production vidéo
  • UpToYouth : s’appuyant sur une communauté d’early adopters (18/30 ans) et adressant les nouveaux usages stratégiques, d’écriture créative et de concepts publicitaires

L’avantage de passer par une plateforme, c’est la capacité à stimuler et faire vivre une communauté spécialisée. Les résultats sont plus qualitatifs.

D’un point de vue consommateur, il suffit de s’inscrire sur une de ces pateformes, d’accéder aux briefs des marques et de proposer ses idées en échanges de dotations. Il peut s’agir de rétribution financières, de cadeaux voire de missions auprès de la marque. Au delà de la rétribution, c’est aussi et surtout très valorisant d’être reconnu par une marque que l’on apprécie et c’est une excellente façon de valoriser son CV.

LIFE IS A SERIOUS GAME : Et comment est-ce qu’on stimule et qu’on fait vivre une communauté ?

Kersley : D’abord il faut la fédérer autour d’un objectif et des valeurs communes. Avoir une communauté de qualité et nombreuse c’est primordial car d’après la loi de Sturgeon, 90% des membres ne s’impliqueront pas dans le challenge.

Et puis, on fait appel à LIFE IS A SERIOUS GAME 😉 C’est ce qui s’est passé pour créer du lien entre membres de la communauté. Nous avons organisé des ateliers collaboratifs en ligne pour co-construire et faire l’analyse de plusieurs sujets. Une expérience marquante pour les participants qui a largement participé à la réussite des challenges.

D’autres méthodes existent également. Sur Up To Youth nous proposons un véritable accompagnement des membres de la communauté :

  • la possibilité de se faire coacher par un professionnel du domaine concerné (écriture créative, stratégie…)
  • la mise à disposition de supports de formations aux différentes méthodes nécessaires pour répondre au mieux aux challenges (UX design, écriture créative…)

LIFE IS A SERIOUS GAME : Quelles sont les principales difficultés que tu rencontres pour faire vivre cette communauté et pour faire collaborer ces membres à distance ?

Kersley : le plus difficile c’est de permettre aux membres de trouver les partenaires les plus adaptés, ceux avec lesquels la mayonnaise va prendre. Il faut réussir à briser la glace et créer le premier contact sans se rencontrer physiquement. Organiser des ateliers collaboratifs à distance comme ceux que nous avons fait avec LIFE IS A SERIOUS GAME, c’est aussi un bon moyen de créer du lien, de créer une expérience commune et de favoriser les échanges futurs entre membres.

Mais ne pas se rencontrer physiquement ça peut aussi avoir du bon. C’est une occasion de déceler des talents chez des personnes plus introverties qui n’ont pas tendance à s’exprimer à l’occasion de rencontres physiques.

D’un point de vue très pragmatique, les membre ont souvent une autre activité et il est parfois difficile d’accorder les agendas.

LIFE IS A SERIOUS GAME : merci Kersley et à bientôt sur Up To Youth pour de nouveaux challenges !

Et celui-ci, vous l'avez lu ?

worklab-radio

Le WORKLAB passe à la radio !

Recevez un extrait de notre guide de survie aux réunions pour transformer vos réunions en moments …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *