DERNIÈRES PLACES
krav_maga_004

Communication non violente : apprendre l’art du recadrage non violent

guide de survie aux réunions

Recevez un extrait de notre guide de survie aux réunions pour transformer vos réunions en moments funs et productifs !

Bon ok, demain vous animez un atelier et dans le casting il y a Jean-Claude. Jean-Claude il est super, mais il a une propension à pratiquer le hors piste. Quand on lui pose une question, il a tendance à en mettre la moitié à coté ! C’est pas forcément inintéressant, mais c’est à coté…

Et çà, il faut admettre qu’il est des fois bien difficile de le gérer.

2 options s’ouvrent alors à vous !!!

L’option 1 : vous profitez du début de l’atelier et de l’effet de surprise pour bondir sur lui tel un cobra et l’immobiliser au sol le temps de la réunion pour qu’il évite de perturber son déroulement. Au-delà de la dimension éthique de cette option en contradiction totale avec mes convictions non violentes forgée par des années d’écoute des 33 tours de Joan Baez, il se trouve que Jean-Claude fait 2 fois mon poids et qu’il pratique régulièrement le Krav Maga !!

Réfléchissons donc à la deuxième option qui nécessiterait moins d’engagement physique 😮

L’option 2 : Munissez-vous simplement, d’un stabilo et d’un paperboard lorsque Jean-Claude fait une intervention hors sujet, notez-la sur le paperboard en lui indiquant que ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Dites-lui alors que son idée ne sera pas traitée pendant l’atelier, mais étant notée explicitement sur le paperboard elle pourra être exploitée ultérieurement.

Pourquoi l’animateur doit avoir ce réflexe de noter l’idée sur le paperboard ?

Visible par tous c’est la valoriser, la prendre en considération : nous avons besoin avant tout d’être entendu. Dans un atelier il est important pour garder une bonne dynamique de groupe de ne pas censurer pour s’assurer de l’engagement de l’ensemble des participants. Si vous censurez, vous pouvez être sûr que les plus introvertis ne s’exprimeront pas, et c’est pourtant parfois eux qui ont les choses les plus intéressantes à dire.

Il est important d’avoir toujours en tête la pyramide de Maslow, représentation de la hiérarchie des besoins, et de prendre en compte ce besoin incontournable et naturel qu’est l’estime : confiance et respect de soi, reconnaissance et appréciation des autres !!!

Pyramide de Maslow

En notant cette idée à part, vous satisfaites ce besoin d’estime et vous recadrez le débat sans heurter les sensibilités, c’est la base de la communication non violente. Cette idée n’est pas dans le sujet à l’instant où elle est partagée mais elle le sera peut-être dans un prochain atelier. Par rebond d’idées, elle peut aussi en générer de nouvelles qui seront précieuses !!!

Bref, merci Jean-Claude, je vais quand même m’inscrire aux prochains cours de Krav Maga, on ne sait jamais…!

Laissez-nous vos commentaires

Et celui-ci, vous l'avez lu ?

le mind mapping

Les 5 bonnes raisons d’utiliser le mind mapping

Recevez un extrait de notre guide de survie aux réunions pour transformer vos réunions en moments …

4 Commentaires

  1. Je suis votre premier commentaire ?
    Faisais-tu référence à un Benjamin Castaldi qui flippait grave de se prendre une pêche cocaïné sur le plateau de love story il y a dix ans ? 😉

    C’est exactement ce que je faisais lors de mes formations, d’un point de vue pédagogique c’est clair que c’est nettement plus valorisant que de l’écrire sur mon papier…

    Mais parfois, c’est la porte ouverte à l’enchère…

    • Merci pour ce commentaire qui est en effet le premier, mais il en faut bien un !
      Tout le monde peut reconnaitre dans ces expériences passées le Jean claude évoqué dans l’article… on en a tous rencontré un au moins une fois dans sa vie 😮
      Cette technique simple fonctionne pratiquement à tous les coups, elle doit être en revanche accompagnée du discours qui va avec, le simple fait d’écrire sur le paperboard ne peut se suffire à lui même.
      au plaisir de ton relire sur LIFE IS A SERIOUS GAME

  2. Bonjour et merci pour cette technique très utile et efficace.
    Il faut cependant prendre le temps de questionner et comprendre la remarque et sa portée avant de l’inscrire au paperboard. Juste pour gérer la frustration et ne pas passer à côté d’une bonne idée mal formulée 🙂
    J’ajouterai qu’un autre avantage est qu’à partir de 3 remarques hors jeu écrites sur le paperboard, cela peut aider JC à prendre conscience de sa tendance et à réfléchir à 2 fois avant de parler.
    Amic,