Les 4 pièges du travail en groupe : épisode 4

guide de survie aux réunions

Recevez un extrait de notre guide de survie aux réunions pour transformer vos réunions en moments funs et productifs !

Nous arrivons donc à la conclusion de cette série sur les pièges à éviter lorsque l’on travaille en groupe. Après le biais de confirmation, l’autocensure ou encore le manque de partage d’information unique, voici venu le temps de vous parler du 4ème biais, et pas des moindres : le conformisme. La meilleure façon de vous faire comprendre ce qu’est le conformisme est encore de vous inviter à visionner la vidéo ci après :

Comme vous l’aurez certainement compris, dans cette vidéo la plupart des participants ont un comportement assez contre intuitif à savoir rester dos à la porte de l’ascenseur. C’est qu’ils sont tous payé par la production, tous, sauf un. Celui au centre de l’image.

Cette vidéo met en lumière notre tendance commune à s’aligner sur les comportements et les décisions du groupe. Même quand c’est un petit groupe, et que les personnes ne se connaissent pas. Imaginez ce que peut produire ce phénomène lorsque les participants ont des liens hiérarchiques les un avec les autres ! Ce phénomène a un nom : il s’agit du conformisme.

Le premier à avoir mis en lumière et à avoir donné un nom à ce comportement de meute intériorisé est le psychologue américain Solomon Asch. L’expérience qu’il a mené dans les années 50 pour démontrer ce comportement ressemble étrangement à notre expérience de l’ascenseur.

Il a réuni 10 personnes autour d’une table et leur a posé une question simple : quel est le trait de droite qui a la même longueur que celui de gauche ?

Dans l’expérience d’origine, la différence de taille entre chacun des traits est de 1,5 cm. Il n’y a donc pas de doute possible. Sauf qu’ici aussi, sur les 10 personnes participant à l’expérience il y en a 9 payées par l’expérimentateur pour proposer une solution fausse (mais toujours la même) et une personne prise réellement au hasard. Les résultats sont sans appel. Dans 70% des cas les personnes finissent par s’aligner sur la décision du groupe. Alors qu’elles savent pertinemment que leur proposition est fausse. Glaçant comme résultat ?

Et bien pas tant que ça. C’est même assez naturel quand on y réfléchit. Nous avons tous appris en reproduisant le comportement des autres : nous avons appris à marcher en imitant les adultes marcher. Nous avons appris à parler en écoutant les gens parler… C’est même une stratégie qui peut être payante. Pendant des années j’ai vécu dans une rue dans laquelle on devait se garer 15 jours d’un coté, 15 jours de l’autre coté. Je pense que je n’ai jamais vraiment su quelle était la quinzaine. Ma stratégie ? Je regardait où étaient garées les autre voitures, et je me garais du même coté. Et la stratégie était plutôt gagnante.

Oui mais voilà, lorsqu’il s’agit d’animer des groupes c’est une autre paire de manches. Lorsque l’on cherche à tirer le meilleur d’un groupe, il s’agit d’éviter au maximum ce genre de comportement qui peut appauvrir la production d’un groupe. Voire aboutir à des décisions aberrantes et dangereuses. J’ai longtemps conclu mes ateliers et formations par un tour de table pour connaitre le ressenti des participants. Et bien je ne le fais plus. Non pas que les tours de table n’aient pas d’intérêt, mais c’est une bien mauvaise méthode pour connaître l’avis des participants. Invariablement au bout du 3ème participant, tous le monde s’alignait sur l’avis du groupe et n’exprimer presque jamais un avis dissonant.

Alors comment éliminer le conformisme me direz vous ?

Et bien nous avons identifier 3 leviers pour l’éliminer ou du moins le réduire :

  1. Travailler en petit groupes : un groupe idéal se situe à 6 personnes +/- 2 (a two pizza team). Pour de nombreuses raisons il est important de ne pas dépasser 8 personnes et notamment pour limiter le conformisme. Plus le groupe est important plus le phénomène est prégnant.
  2. Jouer sur la simultanéité : lorsque vous demandez à vos participants de se prononcer sur un sujet, faites jouer au maximum la simultanéité. Vous souhaitez par exemple faire un vote à main levé, répondre oui ou non à une question en levant des cartons rouge ou vert ? Et bien laissez un temps de réflexion, comptez 1, 2, 3, et tout le monde se prononce alors en même temps. Impossible ainsi de s’influencer, les personnes n’ont pas le temps.
  3. Utiliser des post-it : le post-it, on ne le répètera jamais assez, est une arme de collaboration massive. Une de ses principales force est qu’il permet d’éliminer le conformisme, pour peu qu’on l’utilise de la bonne façon. 5 minutes de réflexion individuelle, les participants rédigent une idée par post-it. Ensuite chacun vient coller ses post-it à tour de rôle sur le mur en les partageant au groupe. Impossible ainsi de faire jouer le conformisme. Lorsque les participants rédigent, ils ne savent pas ce que pensent les autres participants. Au moment de se lever, ils sont donc obligés d’assumer leurs opinions (même si elle va à l’encontre de celle de son manager).

Voici donc la fin de notre série sur les pièges à éviter lorsque l’on fait travailler un groupe. Vous êtes maintenant armé pour naviguer dans la jungle du collaboratif et tirer le meilleur d’un groupe.

Et celui-ci, vous l'avez lu ?

Comment déployer votre nouvelle stratégie grâce à un atelier collaboratif ?

Recevez un extrait de notre guide de survie aux réunions pour transformer vos réunions en moments …

1 commentaire

  1. bonjour

    Je vous remercie pour cet article, très frappant de notre capacité au conformisme.
    Nous sommes en effet programmés pour suivre, et imiter (on le doit dès tout petit …tout bébé même).

    Une autre astuce c’est de profiter des nouvelles technologies :
    chacun propose via un outil et on affiche les résultats par la suite.
    Une sorte de post-its numérique.

    Au plaisir
    Evan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *